Parentalité

Change zéro déchet (ou presque) : notre routine

C’était une évidence dès que j’ai commencé à préparer les affaires du lutin au dernier trimestre de ma grossesse. Je voulais une routine de change zéro déchet ou en tout cas qui ait le moins d’impact possible sur l’environnement et, surtout, sur la santé de notre loupiot d’amour. Je ne vais pas vous mentir, rien que d’écrire le titre de cet article me rend fière. Non pas que je me la joue parfaite écolo (j’aime manger des Kinder Pingui dans des emballages individuels), mais je suis contente d’avoir réussi ce pari fait avec moi-même. Et c’était pas gagné d’avance…

Pourquoi une routine de change zéro déchet ?

Ai-je réellement besoin de vous expliquer qu’un bébé occasionne un volume de déchets assez conséquent ? Entre les couches, les cotons ou lingettes, les pipettes de sérum physiologique par milliers, les flacons de produits en tous genres, on a très vite fait de remplir nos poubelles. Je vous propose un petit tour d’horizon de ce que nous avons choisi pour notre routine de change et de soin pour bébé qui limite notre impact sur l’environnement.

Vous vous en doutiez peut-être mais le lavable tient une place importante dans notre routine de change zéro déchet. Les anciennes générations me regardent avec un air étonné quand je parle de lavable… Il faut dire qu’eux se sont rués littéralement sur le jetable à la première occasion. Seulement voilà, on en a usé et abusé et aujourd’hui on connaît les conséquences écologiques, humaines et sociétales de l’utilisation du jetable à tout va.

On sait que le plastique est une ineptie écologique (tant pour sa fabrication que pour la pollution qu’il produit dans les eaux comme sur les plages et sur terre… bref y’en a partout de cette saloperie). Donc l’un des premiers objectifs (et pas que pour notre routine de change d’ailleurs) était de supprimer autant que possible le plastique. Et si utilisation de plastique inévitable il y a, on essaie d’acheter d’occasion quand c’est possible.

Le traitement des déchets est un autre problème écologique. Notamment lorsqu’il s’agit des lingettes (la hantise des stations d’épurations… ) des couches et des plastiques non recyclables puisque… hé bien ils ne peuvent pas être recyclés ! Ce sont donc des déchets dont le traitement est difficile et dont l’élimination pollue. En France par exemple, environ 4 milliards de couches sont jetées chaque année, ça représente plus de 350 000 tonnes de déchets à traiter.

Pour éviter d’alimenter ce fléau écologique – et aussi pour d’autres raisons qu’on évoquera un peu plus en détail après – je tenais VRAIMENT à agir sur la routine de change du lutin. Le change d’un bébé c’est clairement ce qui pollue le plus. Et vous allez voir qu’il existe beaucoup d’alternatives très simples à mettre en place et aussi très économiques pour changer bébé en protégeant sa santé et la planète.

Les lingettes ou cotons lavables

Lingettes lavables zéro déchet

Beaucoup de femmes ont déjà sauté le pas des cotons démaquillants. Hé bien figurez-vous que ça fonctionne aussi très bien sur les cuculs de lutins ! Seule différence… il vous en faudra beaucoup ! L’avantage c’est que c’est très simple à réaliser et que ça coûte trois fois rien. On peut les doubler avec un joli coton à motif mais ce n’est absolument pas nécessaire.

J’en ai fait une cinquantaine (C’est le nombre idéal pour ne pas être à court mais ça dépend du nombre de machines que vous faites) avec du « doudou » en bambou car je trouve que c’est plus doux que du coton et personnellement je n’aime pas la microfibre. Ça sèche hyper vite à l’air libre et c’est très résistant. J’ai calculé, les 54 lingettes m’ont coûté environ 30€ (matière absorbante + doublure coton + fil) et j’ai fait des lingettes de 20x20cm. Je trouve ça plus pratique car je m’en sers aussi pour débarbouiller les mains, le visage… Donc 55 centimes la lingette réutilisable à presque l’infini (en tout cas je ne doute pas qu’elle tiennent jusqu’à la propreté). Quand on voit le prix des paquets de lingettes c’est tout bénef ! Vous pouvez aussi recycler de vieilles serviettes et poser du biais autour ou utiliser une surjetteuse.

Concernant l’entretien je les lave avec mes couches (je vous explique un peu plus loin également). Mais l’idéal, sachant qu’elle vont nettoyer des cuculs (et donc recevoir selles et urines), c’est de les pré-laver au minimum 30 minutes à froid ou max 20°C avec de la lessive puis de les essorer à 1200trs/min minimum avant de lancer votre cycle classique. Ce petit rajout sur votre cycle vous assure de les débarrasser des matières présentes dans les fibres et donc d’avoir des lingettes VRAIMENT propres à la sortie.

Les couches lavables

Couches lavables Harry Potter zéro déchet

Elles méritent un article à elles toutes seules donc je ne m’étalerai pas trop ici à leur sujet. Ça a été une longue hésitation, le passage aux couches lavables. Mais je suis plus que ravie d’avoir fait ce choix, pour la santé de mon fils, mon porte-monnaie et aussi pour la planète. Comme pour beaucoup de choses, les couches lavables souffrent d’énormément d’idées reçues. En fait, c’est une alternative très écologique et économique qu’aucune jetable même « écolo » ne peut battre actuellement.

J’entends souvent dire « oui mais tu utilises de l’eau pour les laver, ça revient au même ». Alors non, pas du tout! De nombreuses études ont été réalisées au Canada, en Grande-Bretagne ou aux Etats-Unis où le concept des couches lavables a été adopté il y a bien plus longtemps qu’en France. Selon une de ces études (Canada) il faut 9829 litres d’eau pour produire + entretenir 24 couches pour 1000 changements de couches. Il faut 19 833 litres d’eau pour produire les couches jetables nécessaires à 1000 changes. Et si il n’y avait que l’eau… Les matières premières nécessaires à la fabrication, les déchets occasionnés, la consommation d’énergie pour produire + éliminer des couches jetables face à celle nécessaire pour produire des couches lavables et les entretenir… Sur le plan écologique, il n’y a pas photo, la lavable gagnent haut la main.

Ici, elles nous rajoutent deux machines en deux cycles (un cycle de prélavage à froid et un cycle normal) en plus par semaine, sachant que je lave dans la même machine couches + inserts (partie absorbante à l’intérieur de la couche) + lingettes lavables.

Mama Koala
Couche lavable zéro déchet

L’autre idée reçue c’est que c’est une tannée pour l’entretien. Non plus ! La tannée c’est de tester ce qui convient à votre enfant. Car il existe des centaines de modèles différents et que c’est très difficile de s’y retrouver ! Et quand on n’y connaît rien ça peut prendre un temps fou. Ici on a fait pas loin de 6 semaines de tests avec de nombreux découragements car ça n’a pas marché du premier coup. Les couches étaient les bonnes mais les inserts ne convenaient pas. Maintenant qu’on a trouvé la bonne combinaison et notre routine ça roule ! Mais pour être tout à fait honnête, je ne suis pas certaine que je l’aurais fait si j’avais du reprendre le travail au bout de 2 mois.

Des groupes existent sur les réseaux sociaux pour vous conseiller dans votre démarche. Vous pouvez aussi faire appel à des pro ou des associations qui peuvent vous accompagner, vous prêter ou louer des couches lavables pour que vous puissiez tester. Ce genre de concept a fleuri cette dernière année et j’aurais bien aimé connaître ça au moment de me lancer car je pense que j’aurais sauté le pas sans hésiter !

Astuce pour le lavable

Pour bien nettoyer et assurer une longue vie à vos couches, lingettes et serviettes hygiéniques lavables, vos cotons démaquillants et vos culottes menstruelles, il y a quelques règles à respecter.

  • On préfère la lessive en poudre ! Un peu plus astringente… mais qui contient peu d’ingrédients donc plus safe pour la santé et la planète. La lessive Formil Hypoalergénique de chez Lidl est PARFAITE pour les machines d’articles en tissu lavables. Elle ne contient que quelques ingrédients et est conditionnées dans du carton. Sinon certaines marques proposent des lessives spéciales couches lavables, plus clean mais plus onéreuses aussi.
  • A l’inverse, on évite la lessive maison ou dite « écologique » car elles contiennent souvent des huiles essentielles ou du savon de Marseille. Ces corps gras risquent, à terme, d’encrasser les fibres du tissu et de modifier l’absorption (surtout pour les inserts des couches, les culottes menstruelles et les serviettes hygiéniques).
  • Une fois par mois, on fait un décrassage pour débarrasser les fibres des excédents de lessives et autres accumulations de produits ou matières. On met tout dans la baignoire ou dans une grande bassine et on laisse tremper minimum 6 heures (une nuit c’est parfait) dans de l’eau chaude avec du percarbonate de soude. Ensuite, en machine pour 3 rinçages et un essorage !
  • Au moins 2 à 3 fois par an, on décrasse le lave-linge. On nettoie avec un chiffon humide et un peu de détergeant le tambour, les joints, la porte. On fait un cycle à vide avec un produit spécial nettoyant machine. C’est pas fou niveau écologie mais c’est nécessaire quand on est adepte du lavable (et puis c’est 3 fois par an… ). Qui plus est, c’est très bon pour la longévité de votre lave-linge.

Les dissolucubes et le liniment fait maison

Dissolucubes

A titre perso je n’utilise aucun produit industriel pour le change. Déjà parce que ça me permet de contrôler à 100% la composition de ce que j’utilise pour mon fils. Mais aussi parce que bien souvent, c’est moins cher que les produits qu’on trouve en magasin.

J’utilise deux bouteilles en verre teinté : une pour le liniment et une pour ma solution aux dissolucubes. Je les ai récupérées auprès de ma pharmacie car c’est dans ces bouteilles qu’ils préparent l’eau de chaux que j’achète pour faire mon liniment. Pour le reste des soins, j’utilise mon lait maternel dans 95% des cas (rougeur sur le siège, irritation oculaire, bobos en tous genres, sécheresse cutanée, drainage rhino-pharyngé, ….) avec des pipettes de sérum phy’ vides que je nettoie à chaque fois.

Les dissolucubes sont des petits cubes d’huiles biologiques partiellement saponifiées. Ils existent avec ou sans parfum, sont bio, totalement naturels et safe pour la santé. On en dilue un ou deux dans 250ml d’eau chaude et on obtient une solution micellaire super douce et super clean pour le change, le débarbouillage ou le démaquillage… le tout pour un coût qui ne dépasse pas 2€ le litre ! À titre de comparaison une eau micellaire bio vendue en parapharmacie coûte environ 7€ les 300ml. Le seul bémol c’est qu’on ne trouve ces petites merveilles qu’à un seul endroit puisque c’est une exclusivité du distributeur : le site Tous en couches.

Le liniment maison est un très bon nettoyant pour bébé, sain, écologique et économique. Je trouve cependant que les dissolucubes sont plus efficaces sur les selles (c’est comme de l’eau donc ça dissout) tandis que le liniment à tendance à coller un peu puisque c’est à base d’huile.

Je vous mets ici la recette que j’utilise. Beaucoup de recettes contiennent de l’huile d’olive. Or elle est astringente et il est préférable de l’éviter car elle peut abimer la peau de bébé. Ici on la remplace par de l’huile de colza, tout aussi efficace et bourrée de vitamine E, parfaite pour nettoyer la peau de bébé tout en la nourrissant. On peut la doubler avec de l’huile de tournesol. Je n’utilise pas de cire d’abeille ou autre conservateur naturel car je fais toujours mes produits en petites quantités. Le liniment maison tout comme les dissolucubes se conservent assez bien (trois semaines pour 250ml).

Pour 200ML de liniment, mélanger dans une bouteille propre et stérilisée (5 min dans l’eau bouillante) :

  • 100ml d’eau de chaux
  • 50ml d’huile de colza bio première pression à froid
  • 50ml d’huile de tournesol bio première pression à froid

Change zéro déchet : quid de l’organisation à la maison ?

Je ne peux pas vous dire que toutes ces alternatives demandent zéro investissement de temps. Effectivement vous devez prendre le temps de faire quelques petites choses vous-même.
Le liniment : ça me prend 10 minutes à tout casser, nettoyage de la bouteille compris (on a un chauffe-biberon à vapeur qui peut stériliser les contenants).
Les dissolucubes : je stérilise ma bouteille dans le Beaba Milk Second (mon chauffe-bib’ vapeur donc) et rince ma pompe à l’eau très chaude (attention c’est du plastique ! J’en ai mis une dans le stérilisateur une fois, elle n’a pas aimé ça… ). Puis je verse l’eau chaude et ajoute les cubes le soir au moment du dernier change avant le dodo. Ça se dissoud tranquille pendant la nuit.
Les lingettes : ça m’a pris 3 aprèm pour les fabriquer. Ça me prend 2 minutes en plus pour les étendre sur le séchoir et 1 minute pour les ranger !
Les couches : encore une fois je vous en parlerai plus en détail mais ça me demande 5 minutes pour les étendre, 10 minutes pour les monter (assembler les inserts et les mettre dans les couches) et les ranger. Le tout deux fois par semaine + un décrassage par mois commun avec les lingettes.

Quid du change zéro déchet en déplacement

Ça dépend du déplacement ! Je suis team zero prise de tête. Donc si je vais passer une journée chez des amis, j’emporte un wetbag (sac imperméable pour les couches lavables sales) et une petite bouteille de dissolucubes avec des lingettes (que je stocke aussi dans le wetbag une fois utilisées). Le tout finit dans la panière à couches quand je rentre.

Si je prends le train, que je pars longtemps ou dans une endroit où je n’aurai pas la possibilité de trimballer un wetbag, j’utilise dans couches jetables (les Love and Green) et des lingettes à l’eau (Water Wipes). Le 100% couches lavables me semble compliqué et j’admire sincèrement les mamans qui partent en vacances avec !

Comme vous le voyez ces petites alternatives sont très simples à mettre en place, ne coûtent pas grand chose et permettent de réduire significativement notre impact sur la planète. Concernant les couches dites « écologiques », ne vous leurrez pas ! Elles sont peut-être un peu plus propres à fabriquer que les autres, sans aucun doute plus saines pour les fesses des bébés que les couches classiques… mais elles restent un déchet difficile à traiter comme les couches normales.

J’espère vous avoir inspirés et que cet article vous permettra d’opter pour l’une de ces solutions, ou toutes ! Si vous avez des questions sur le change zéro déchet n’hésitez pas. Et je vous reparle très vite des couches lavables plus en détail.

Bisous des bois !

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *