Vie quotidienne

Donner ses cheveux aux personnes atteintes du cancer

À quelques jours de mon accouchement, ma tignasse me donnait du fil à retordre. Je songeais déjà depuis plusieurs jours à lui faire connaître un sort radical : couper ! Mais avec beaucoup d’hésitations tout de même. Et puis je me suis souvenue de cette association dont j’avais entendu parler et leur initiative m’a convaincue de sauter le pas et de donner mes cheveux.

Routine capillaire en carton

En matière de cheveux, pour moi il y a deux teams : ceux qui s’en occupent, qui vont régulièrement chez le coiffeur et se font des soins etc. Et ceux, comme moi, qui vont chez le coiffeur quand ca devient insupportable (genre tous les deux ans) et qui, le reste du temps, se contentent de les laver, en gros.

Vous l’aurez compris, ici la routine capillaire c’est le strict minimum : un shampoing solide en alternance avec du liquide… ET C’EST TOUT ! Pas de sèche-cheveux, pas de produits coiffants. J’utilisais de l’après-shampoing avant ma grossesse (notamment quand je colorais mes cheveux) mais je l’ai supprimé pour éviter la multiplication de produits pendant que je cohabite avec bébé. À la rigueur, quand j’y pense (c’est à dire deux fois l’an… ), je fais un masque avec l’huile de Léonor Greyl dont l’odeur me rend complètement folle. Alors, certes, c’est 40€ le flacon (c’est un produit haut de gamme très qualitatif). Mais vu qu’il me dure genre 2 ans et que c’est le seul produit que j’achète, j’estime que l’investissement est justifié.

Couper or not couper ?

Ca a duré des jours. Des jours de « nan mais t’es sûr que je les coupe ? J’sais pas… » « Ouais mais si au final ça me va pas ? » « Et tu m’aimeras quand même si c’est râté et que c’est moche ?»…. bref, on va mettre ça sur le compte des hormones ! Et puis malgré l’hésitation – parce que je crois que je ne les ai jamais eus aussi longs et que ce sont un peu « mes cheveux de grossesse » – il y avait le côté pratique. Entretenir des cheveux longs (pour le peu que je les entretiens en plus… ) ça prend un temps fou ! Ils sont tellement épais que je dois faire deux lavages pour qu’ils soient propres et ne regraissent pas le lendemain. Le rinçage et le séchage, je ne vous en parle même pas. Pour ce qui est du coiffage, c’est une galère sans nom : je ne compte même plus les pinces que j’ai cassées juste en essayant d’y faire rentrer tous mes cheveux. Sans compter que ça pèse et qu’il fait chaud.

Et avec bébé qui arrive j’ai juste envie de me simplifier la vie et d’anticiper la chute importante de cheveux qui suit la naissance. Toutes les mamans ne sont pas confrontées à ce phénomène et pas à la même intensité. Malheureusement pour moi, j’ai déjà pu en faire l’expérience et j’y suis très sensible. Avec des cheveux longs comme les miens : NO WAY ! C’est déjà très impressionnant de perdre ses cheveux, à titre personnel je trouve ça pire quand ils sont très longs.

Ma B-A : offrir mes cheveux à une personne atteinte du cancer

donner ses cheveux

Toutes ces hésitations deviennent bien futiles quand on remet les choses en perspective. L’argument ultime pour arrêter de tergiverser, c’était la bonne action. Plusieurs personnes autour de moi avaient déjà sauté le pas. Quand on a les cheveux longs et qu’on coupe un bon paquet de centimètres, c’est quand même dommage de voir ses cheveux partir à la poubelle. Surtout quand on sait que certaines personnes en ont BESOIN.

J’ai découvert ça un peu par hasard mais il existe des associations qui récupèrent les cheveux coupés pour confectionner des perruques pour les personnes atteintes du cancer. Une initiative qui vise à répondre à un problème simple : les perruques de bonne qualité, ça coûte extrêmement cher : entre 700€ et 3000€ environ pour une perruque en cheveux naturels sur mesure avec une prise en charge de la sécurité sociale qui atteint à peine 350€. Autant vous dire que ce n’est pas accessible à tout le monde. Et si les perruques en cheveux artificiels sont moins chères, elles n’en sont pas plus abordables pour les plus démunis.

Quelle association choisir ? Comment ça marche ?

En France et en Belgique il existe plusieurs associations de ce type à qui on peut donner ses cheveux . Et en fonction de chacune, les conditions de collecte des cheveux ne sont pas les mêmes. Je vous présente rapidement les plus connues parce que si le but défendu est le même, la démarche en revanche est différente.

Donner ses cheveux à Solid’hair

Depuis sa création en 2015, cette association à but non lucratif récolte des mèches de cheveux naturels (grâce aux particuliers, aux coiffeurs partenaires ou dépositaires) pour les revendre à des perruquiers. Ainsi, l’argent récolté permet d’aider financièrement les personnes atteintes du cancer et leur permet d’avoir plus facilement accès à des prothèses capillaires en complétant la part de la sécurité sociale. L’asso ne fabrique pas les perruques car cela représente un coût important qu’elle préfère réinjecter dans la subvention des prothèses. Au 1er mai 2020, Solid’hair a pu aider 527 personnes en difficulté financière à obtenir une perruque.

Les conditions pour donner ses cheveux à Solid’hair : ils doivent être propres, secs, naturels (donc non teintés, même avec du henné) et les mèches récoltées doivent mesurer au minimum 25 cm. Vous pouvez aller dans un salon partenaire (certains encouragent même cette initiative en proposant des réductions sur le prix de la coupe), déposer vos cheveux dans un salon dépositaire ou partenaire ou bien les envoyer vous même à l’association. Toutes les infos sont ici !

EDIT POST RENDEZ-VOUS : la coiffeuse et propriétaire du salon où je me suis rendue est très engagée et a fait énormément de recherches concernant les associations qui récupèrent les cheveux (car toutes ne sont pas en lien avec la lutte contre le cancer). Il s’avère que Solid’hair revend les cheveux récoltés à des perruquiers qui oeuvrent pour le cinéma et la télévision. Précision qui n’apparaît pas sur leur site internet et qui ne plaît pas à tout le monde. Certains jugent cela indécent puisque très éloigné de la démarche de base, d’autres considèrent que l’important c’est l’argent récolté et l’aide apportée aux personnes dans le besoin. Ma foi, à vous de savoir ce que vous faites de cette information.

Donner ses cheveux à Fake Hair Don’t Care

L’association a ouvert ses portes en 2016 et, contrairement à Solid’Hair, elle fabrique ses propres perruques à la main et sur mesure en France, via des collaborations avec des perruquiers. Ici le but est de récolter les cheveux (tous les types sauf les Dreadlocks) pour fabriquer des perruques à moindre coût et donc pouvoir les proposer également à un budget abordable. Là où il faut généralement compter presque 3000€ pour une perruque sur mesure en cheveux naturels FHDC les propose à moins de 1000€. Pour que chaque demandeur se voie proposer le prix le plus juste, celui-ci est calculé selon le quotient familial et l’association ne fait pas de bénéfices sur les ventes.

Tout le monde peut donner ses cheveux : adultes et enfants. Fake Hair Don’t Care accepte les dons, même des cheveux colorés (mais il faut le mentionner), à partir de 10cm (ce qui ouvre une perspective de don plus grande qu’avec Solid’hair). Vous trouverez sur leur site la liste des salons partenaires. Vous pouvez aussi aider l’association en faisant un don financier ou en participant bénévolement à une journée de tri des mèches de cheveux.

Donner ses cheveux à Coupe d’Eclat

Cette action fait partie de la campagne belge de lutte contre le cancer du sein « Think Pink ». Depuis 2008, cette association a permis d’aider plus de 5000 hommes et femmes a obtenir une aide financière pour acquérir une prothèse capillaire. Ils fonctionnent avec les services sociaux des hôpitaux du pays, organisent des journées de coupes gratuites pour sensibiliser à la démarche et encourager les dons… Là encore, il y a des salons partenaires que vous pouvez retrouvez ici.

On notera que, tout comme pour Solid’hair, les conditions pour donner ses cheveux sont restrictives puisque Coupe d’Eclat ne demande pas moins de 30 cm (ce qu’ils expliquent par les diminutions significatives de demandes de perruques à cheveux courts) ! En revanche vous pouvez aider de différentes façons, en faisant un don financier par exemple. Toutes les infos et la documentation à retrouver ici.

Mon don

Je suis allée dans un salon partenaire de ces trois associations (l’Atelier coiffure de Karin à Nîmes). Bon, le fait est que je suis ressortie en larmes du salon car la coupe n’était pas du tout à mon goût. Elle était bien trop courte et de toute façon j’étais bien trop baignée d’hormones de grossesse pour que mon avis soit objectif. Concrètement je voulais me jeter sous un train avant de m’être rasé le crâne et de m’immoler avec du parfum genre « Brut » acheté chez Carrefour. Tout dans la mesure hein, comme d’hab’. Mais ça n’enlève rien à l’engagement de Karin qui m’a profondément touchée.

Cette femme a tout mis en oeuvre pour que son salon ne jette AUCUN cheveu. Si bien que, partenaire des trois associations, elle peut donner les cheveux (avec accord des clients bien sur) facilement selon la longueur. Les « déchets » restants (c’est-à-dire tous les petits et micro cheveux coupés qui sont habituellement balayés puis jetés) sont entreposés dans des sacs et remis à l’association « Coiffeurs justes ».

Cette association valorise le déchet numéro 1 des salons de coiffure : les cheveux ! Ils représentent tout de même 50% des déchets d’un salon et cette matière organique possède aussi des atouts pour d’autres secteurs. Thierry Gras, le fondateur de l’asso, a alors souhaité développé un système de recyclage. Comme c’est un peu technique, je vous retranscris directement l’info depuis leur site internet. « L’objectif principal de l’association Coiffeurs justes est donc de faire progresser les pratiques de développement durable des coiffeurs par la récolte et le traitement du cheveu. À ce jour le cheveu représente 50% des déchets d’un salon de coiffure. L’association Coiffeurs justes a déjà développé des études visant à déterminer les différentes voies de recyclage du cheveu, et a ainsi mis en place dans le département du Var une filière de recyclage du cheveu. Ainsi les cheveux récoltés sont transformés en boudins à cheveux installés dans des eaux polluées afin d’en adsorber les hydrocarbures. Des expérimentations sont en cours dans certains ports varois dont le port de Cavalaire-sur-Mer. »

J’ai donc fait don de 29 cm de mes cheveux à Fake Hair Don’t Care et le reste va finir dans des boudins pour filtrer les polluants dans les mers. Alors bon, ok je ne ressemble plus à rien et j’ai pleuré mes cheveux pendant une semaine. Mais je suis sacrément fière de moi et je trouve sincèrement dommage que ce geste ne soit pas plus répandu. Car finalement, là où cette coupe de cheveux était un luxe pour moi, elle va bénéficier à des personnes malades qui n’ont même pas les moyens de maintenir leur dignité. Tout de suite, ça calme. Et quand je sais que « mes déchets capillaires » vont eux aussi servir une noble cause écologique, ça vaut bien le coup de se trouver moche quelques semaines.

Je vous encourage vraiment vraiment vraiment à réfléchir à cette démarche ou à sauter le pas carrément ! Tout le monde peut donner ses cheveux : femmes, hommes et enfants de tous âges ( il faut tout de même une autorisation parentale pour les mineurs). Mais surtout, parlez-en autour de vous. Cette possibilité de don est trop peu connue et c’est vraiment dommage car à part un peu de courage pour couper plus court que d’habitude, ça ne vous coûte strictement rien, voire ça peut être fait gratuitement selon les actions menées par les assos. Sur ce, je vous laisse, je vais me racheter des pinces pour mes cheveux trop courts…

Vous pourriez également aimer...

1 commentaire

  1. Ornella a dit :

    J’ai coupé à 3 mois de grossesse, canicule oblige, ben j’ai regretté tout le long (c’est le cas de le dire)! Mais avec l’arrivée imminente de bébé, c’est très bien… Car après, on n’a plus trop le temps, du moins pendant quelques mois !! Bravo pour la démarche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *