Lit bébé
Parentalité

Puériculture : guide du parent primipare paumé – Part.1

Je ne m’en rendais pas compte au début mais les achats pour bébé peuvent devenir un sacré casse-tête. Entre liste non exhaustive et comparatifs relou et rébarbatifs… On peut vite s’arracher les cheveux. Surtout si, comme nous, vous avez des idées bien arrêtées sur ce que vous voulez ou ne voulez pas en termes d’articles de puériculture.

Cependant il y a un facteur par lequel on est, globalement, tous concernés : le budget ! Accueillir un petit bout, on va pas se mentir, ça coûte la peau du slip. Même en étant minimaliste, il faut un peu d’équipement. Et justement, question équipement on est vite tenté de trouver des alternatives pour faire des économies. Mais est-ce vraiment une bonne idée ? A quoi doit-on être attentif ?

En farfouillant le net pendant des heures et en interrogeant un nombre incalculable de personnes (professionnels de la petite enfance, sages-femmes, jeunes parents, vieux parents… ) j’ai tenté de vous faire un mini-guide pour futurs parents primipares paumés et ignorants des pratiques obscures de la puériculture (ce que j’étais moi-même) qui a pour but de vous aiguiller et de vous éclairer sur certains choix. Ce « guide » sera publié en deux parties : une cette semaine et l’autre la semaine prochaine.

Je ne suis pas là pour définir vos critères à votre place, mais pour vous aviser sur certains sujets et vous donner quelques infos essentielles avant de vous ruer chez Aubert ou Orchestra. Utile ? Inutile ? Dangereux ? Indispensable ? À acheter neuf ou d’occasion ? Voilà comment nous avons procédé.

Première étape : s’équiper malin et se renseigner sur les produits

Ce n’est pas toujours évident, surtout quand c’est un premier enfant, mais établir une liste par catégorie est un bon début. Notamment parce que ça permet de cibler VOS besoins en puériculture, et pas ceux que le marketing vous impose. Aujourd’hui il existe des milliers d’accessoires et de gadgets qui sont souvent bien plus destinés aux parents qu’aux enfants. Certains sont utiles, certains apportent un confort mais ne sont pas nécessaires, mais d’autres peuvent être carrément dangereux pour la santé du bébé.

Il est vraiment important de vous renseigner sur l’utilité/l’utilisation d’un produit et ne pas foncer tête baissée. Contrairement à nos parents, on a assez de recul aujourd’hui. Ce qui nous a notamment permis de savoir que les maxi-cosy et les trotteurs ou « youpalas » ont fait des ravages chez beaucoup d’entre nous (scolioses, décalages/dysplasies de la hanche, problèmes de posture etc.). Et des produits controversés comme ceux-là, il y en a quelques-uns !

Il faut prendre tous les facteurs en compte. En gros, ce qu’il faut garder en tête :

  • Ce que vous voulez pour bébé et pour vous : projet d’allaitement ou non, de portage ou non, de couches lavables ou non…
  • Votre budget
  • La place que vous avez chez vous
  • Est-ce que vous allez devoir transporter cet article (chez les grands parents/amis…) ?
  • Produit évolutif ou non ?
  • Les gens autour de vous qui peuvent vous donner ou prêter des articles de puériculture…

Et surtout, n’oubliez pas qu’un bébé a besoin de peu de choses à son arrivée (c’est dans les semaines qui suivent que ça se corse ! ) N’achetez pas tout avant ! En plus il y a de grandes chances pour qu’il n’aime pas la baignoire que vous avez choisie (c’est du vécu !) ou que vous ne vous serviez tout simplement pas de ce bidule acheté 2 semaines avant la naissance.

Attention aux grosses enseignes de puériculture…

Pour le coup, mes études de marketing me sont d’une très grande utilité. Rassurez-vous, je suis comme tout le monde, école de communication ou pas je me fais souvent happer par les pubs et crac ! J’achète en magasin ou je commande en ligne. Mais méfiance car certaines enseignes n’hésitent pas à user de stratagèmes sournois (c’est le mot poli pour dire escroquerie caractérisée).

Quand on va devenir parents c’est comme quand on va se marier : rien n’est trop beau et les équipes de marketing le savent ! On vous sort des programmes fidélité et des offres alléchantes à tout bout de champ. Alors même si, in fine, l’objectif est de vendre, j’ai fait le tour des enseignes qui vous prennent pour des billes et ceux qui proposent des produits à prix avantageux


Aubert : la carte  « Coup de pouce » est intéressante si vous avez des achats chers à faire (poussette, chambre complète etc.) – Elle coute 30€ et vous permet de cumuler 10% de vos achats en magasin (attention, par sur internet). De cette façon, si vous achetez pour 1000€ de matos, vous recevez un chèque de 100€ dans votre cagnotte. Intéressant car, globalement, ils ne sont pas plus chers qu’ailleurs.

Les sites internet Babylux et Bébé9 proposent souvent des promotions intéressantes sur des grandes marques. Ils sont fiables et la livraison est rapide. Méfiance avec les sites dont le SAV n’est pas connu. Il y a également des sites assez sympas comme Berceau magique pour acheter des articles de puériculture.

Orchestra : à fuir comme la peste. Ils proposent une carte payante (30€), cette dernière permettant de bénéficier « des prix club » qui sont dans 99% des cas… les prix publics ! En gros, ils gonflent les prix et vous payez pour avoir accès aux mêmes prix que dans tous les autres magasins. Si ça c’est pas prendre les gens pour des cons… donc se méfier +++ des enseignes qui proposent ce genre de « promotion ».

Kiabi : très sympa pour les vêtements car grand choix et prix abordables. On regrette juste le « genrage » très appuyé : c’est fille ou garçon ! Le livret bébé (gratuit) vous permettra de cumuler 10% de tous vos achats dans les rayons bébé, maternité et puériculture. Bémol, vous ne disposez de votre chèque cadeau de 10% seulement un an après l’ouverture du livret. Une fois le premier livret cloturé, vous pouvez en ouvrir un deuxième et ce jusqu’aux trois ans de l’enfant.

Zeeman : la crème de la crème des vêtements en coton bio ou oekotex pas chers ! En plus, sur présentation du bidon avec locataire à l’intérieur, ils vous offrent un body en coton bio !

Hema : leurs bodys sont topissimes et globalement c’est de la très bonne qualité pour un prix vraiment pas excessif.

Les achats de puériculture neufs

Je n’ai pas la prétention de vous dire ce que vous devez faire ou non. Il est évident que l’équipement que vous allez choisir est un choix qui vous concerne et qui est totalement personnel. Vous ferez VOS choix selon VOS critères et VOS besoins. Cependant, en termes de sécurité, il y a des faits qu’on ne peut tout simplement pas ignorer. Je vous dresse la liste des équipements que nous avons choisi d’acheter neufs et je vous explique pourquoi.

La poussette : Ce n’est pas un article indispensable. Cependant nous avons jugé que c’était un achat utile pour nous. A titre personnel, je ne l’aurais pas achetée d’occasion pour des raisons de sécurité. On ne peut absolument pas savoir comment les précédents propriétaires ont utilisé la poussette. A-telle pris des chocs ? A-elle été entretenue ? Impossible de savoir vraiment. Les chocs ont pu endommager le châssis et rendre la poussette moins sécurisée pour le bébé. Outre la question de la sécurité, il y avait pour nous une question d’hygiène car les enfants passent énormément de temps dans ces bolides et toutes ne sont pas déhoussables et lavables. Mais bon, sous certaines conditions, c’est un achat qu’on peut tout à fait faire d’occasion, on en reparle la semaine prochaine dans la seconde partie de l’article sur les achats d’occasion et le fait main.
Notre poussette : Cybex Balios S lux

La coque/le siège auto/la base : Initialement, je ne voulais pas acheter de coque (ou cosy, c’est pareil) car on sait aujourd’hui qu’un modèle mal conçu ou une coque mal utilisée participent au mauvais développement postural et dorsal du bébé. Tous les sièges-auto/coques ne se valent pas ! De nombreux modèles laissent à désirer en termes de sécurité. Et sachez qu’une coque de marque au prix excessif ne vous garantit pas la sécurité maximale.

Il est IMPENSABLE d’acheter ce type de produit d’occasion. Tout comme un casque de vélo ou de moto, le siège auto/la coque/la base doivent être remplacés au moindre accident, même à moins de 20KM/H. Beaucoup de gens ignorent encore cette norme (vous pouvez retrouver toute la règlementation en vigueur en France ainsi que les recommandations de sécurité ici). Là aussi, impossible de vérifier cela lors d’un achat d’occasion. Nous avons donc acheté notre coque + la base neuves et nous investirons dans un siège auto adapté dès que notre bambin en aura l’utilité.

Après avoir consulté le site de l’association Sécurange (je vous invite vivement à y jeter un oeil, toutes les infos que je partage avec vous sont détaillées sur leur site), j’ai compris qu’il était préférable pour un nouveau-né de voyager en coque plutôt que dans un siège auto évolutif lors des premiers mois (l’article en question ici). Nous avons donc opté pour la Cloud Z i-size de chez Cybex, très bien notée sur Sécurange et qui s’allonge en balade, permettant au bébé d’avoir la colonne vertébrale droite et d’y dormir plusieurs heures occasionnellement. Cette coque se fixe sur une base avec jambe de force (un élément de sécurité supplémentaire par rapport à une coque que l’on attache simplement avec une ceinture de sécurité) et dispose du système 360° (un plus pour le confort des parents).

Rappel : la coque est utilisable jusqu’à assez tard. On en change quand la limite de poids est atteinte ou que la tête dépasse de la coque. LA COQUE EST UN SIÈGE AUTO, PAS UNE ASSISE DE POUSSETTE NI UN TRANSAT. C’est ok pour des trajets courts ou des longs trajets occasionnels mais pas pour plusieurs heures par jour. Si vous voulez utiliser votre poussette sur de longues sessions, privilégiez une coque qui s’allonge ou, encore mieux, une nacelle.

La nacelle : là encore ce n’est pas un indispensable, ça va dépendre de votre mode de vie, mais c’était utile pour nous (quand la nacelle n’est pas sur la poussette elle sert de berceau d’appoint à la maison donc on l’utilise quotidiennement). Attention à la différence entre nacelle simple et nacelle qui permet de voyager avec bébé en voiture. Dans le cas de cette dernière, un achat d’occasion est à éviter pour les mêmes raisons de sécurité citées plus haut. A noter que la France est un des seuls pays à en commercialiser, elles sont tout simplement interdites dans les autres pays car trop dangereuses. Si vous en avez vraiment besoin, il faut qu’elle soit homologuée et qu’elle comporte la norme R129 (à ma connaissance seule la Jade de Bébé Confort comporte cette norme à l’heure actuelle). Pour une nacelle simple, un achat d’occasion ne pose pas de problème, surtout si elle est déhoussable et lavable.
Notre nacelle : la Cot S de Cybex

Note utile : Nous avons acheté la nôtre neuve car d’occasion, nous ne la trouvions qu’en coloris noir. Nous sommes dans le sud de la France et le noir absorbe la chaleur ! Un détail qui peut paraître futile mais à ne pas négliger car la température peut très vite monter dans l’habitacle de la poussette. Surtout lorsqu’en prime on couvre la nacelle ou la coque avec un lange ou que-sais-je pour protéger du soleil (je rappelle d’ailleurs que c’est extrêmement dangereux de faire ça à cause des températures très élevées qui peuvent être atteintes à l’intérieur).

Le lit cododo : nous avions choisi un modèle de chez Bébé Confort qui n’a finalement pas correspondu à nos besoins (bébé très grand et à titre perso je n’ai pas aimé la barrière). On a changé pour un lit cododo XXL (le Baby Bay boxspring XXL en coloris hêtre naturel). Il est à la même hauteur que notre lit et offre une grande surface de couchage à bébé (65×112). Il supporte aussi jusqu’à 150 kilos ce qui nous permet de nous endormir avec bébé et de ne pas avoir à le déplacer ensuite. Il est évolutif et se transforme en banquette, idéal pour un coin lecture. La marque propose aussi des kits pour le transformer en bureau ou en chaise haute (pertinent si vous achetez le modèle normal qui ne convient plus à bébé après 6 mois, moment où il commence à s’assoir dans une chaise haute). Ici n’hésitez pas à privilégier l’occasion car les lits cododo ne s’utilisent souvent que quelques mois. Pour des raisons d’hygiène, attention cependant à l’état du matelas (traces d’humidité ? Animaux à la maison ?)

Quand je parle de raisons d’hygiène, je ne veux absolument pas dire que les gens qui achètent d’occasion sont des gens sales, hein !!! C’est une appréciation personnelle. Il y a des gens que ça gène et d’autres non. Et ça dépend aussi des modèles. Lorsque c’est lavable en machine, l’achat d’occasion ne nous pose aucun problème. Cependant, la plupart des matelas ne passent pas en machine. Il est donc déconseillé de les acheter d’occasion.

Les biberons, le goupillon de nettoyage, l’anneau de dentition, le mouche-bébé, le matelas pour la chambre/ le berceau/landau/nacelle/couffin : il est recommandé d’acheter ces produits neufs (ou d’occasion mais encore emballés) pour des raisons hygiéniques qui semblent évidentes. Les biberons en verre peuvent être réutilisés/achetés d’occasion si la tétine est remplacée par une neuve. Idem pour certains modèles de mouche-bébé, notamment électrique.

Les articles de bain – thermomètre, jouets, tapis anti-dérapants… : A NE SURTOUT PAS ACHETER D’OCCASION ! S’ils ont un trou, ils peuvent contenir des moisissures invisibles même si le produit à été nettoyé et ces dernières peuvent être dangereuses pour bébé si elles sont ingérées. La marque Olie & Carol est géniale pour ça car elle fait des jouets de bain et anneaux de dentition en caoutchouc naturel et sans trous ! Donc aucun risque que de vilains champignons viennent se développer à l’intérieur.

C’est tout pour ce premier volet. La semaine prochaine, je vous parlerai des achats d’occasion, du fait-main, et on reviendra sur les critères à prendre en compte quand on achète d’occasion ou de seconde main. En attendant restez bien au chaud, faites attention à vous et à la semaine prochaine !

Bisous des bois

Vous pourriez également aimer...

1 commentaire

  1. Hahaha j’ai bien ris à certains passages de ton article x) Excellent puériguide avec des astuces que l’on aurait jamais pensé seul ! En effet, pour ce qui est de la sécurité (et niveau normes, années de fabrication etc.), il y a des objets qu’il faut prendre neuf!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *